Les soft skills sans le côté marketing – Episode 3 : La connaissance de soi

Les soft skills sans le côté marketing – Episode 3 : La connaissance de soi

Temps de lecture : 5 min

Nous continuons notre série sur les soft skills de demain selon Open Mind. Les 1 500 + bilans cognitifs et émotionnels que nous avons réalisés auprès de cadres et dirigeants français, nous ont permis de mettre des mots sur les problématiques cognitives et émotionnelles qu’ils rencontrent au quotidien et quelles compétences ont-ils ou doivent-ils développer pour y faire face. Nous vous avons parlé ici de la régulation émotionnelle comme première soft skills à posséder, puis de la capacité à être vulnérable. Aujourd’hui, nous allons vous révéler le côté sexy de la connaissance de soi. 

Instinctivement, si on vous pose la question « Vous connaissez-vous ? », vous répondez « Oui bien sûr, j’ai fait une retraite pour me reconnecter avec moi-même et les arbres il y a 2 ans », ou encore « Oui bien sûr, je prends beaucoup de psychotropes me permettant d’aller fouiller dans mon inconscient », ou bien même « Oui bien sûr, je me fais suivre depuis 15 ans ». Mais possédez-vous réellement une bonne connaissance de vous-même ? 

Il y a peu, Tasha Eurich et son équipe ont étudié la connaissance de soi de plus de 5000 personnes et ont découvert que bien que la plupart des gens déclarent bien se connaître, ce n’est le cas que pour 10 à 15% d’entre eux seulement. Les plus mauvais élèves sont d’ailleurs les leaders. Plus un leaders a de pouvoir au sein d’une entreprise, plus il est à même de surestimer ses capacités et compétences, notamment l’empathie, le leadership, l’évaluation de sa performance et sa propre fiabilité. 

Il y a deux aspects de la connaissance de soi. Premièrement, il y a un aspect interne : connaître ses valeurs, passions, aspirations, l’impact que l’on a sur les autres, ses réactions (pensées, sentiments, comportements), ses forces et faiblesses. Et deuxièmement il y a un aspect externe de la connaissance de soi, qu’on a tendance à oublier : savoir comment notre entourage nous perçoit concernant tous les éléments que nous venons de lister plus haut. En effet, avoir une vision juste et objective de soi-même est compliqué, on est souvent trahis par ses attentes, ses espérances, son manque ou trop peu de confiance en soi. Il faut donc confronter la vision que l’on a de soi-même avec celle que les autres ont de nous. 

COMMENT DÉVELOPPER LA CONNAISSANCE DE SOI 

La connaissance de soi peut s’acquérir rapidement en développant les comportements suivants : 

  • Aller chercher un feedback honnête et juste auprès de managers, de collaborateurs, de collègues. Pour en revenir à nos leaders manquant de connaissance d’eux-mêmes, de part leur niveau dans l’entreprise, il est plus difficile pour leurs collaborateurs et subordonnés de leur donner un feedback honnête et constructif, de peur que cela ne puisse affecter leur carrière. 
  • Lorsque vous êtes confronté à une prise de décision ou un choix complexe à faire, développez la recherche de soutien pratique et émotionnel chez les autres. Cela vous permet de vous challenger, de douter, de vous positionner par rapport à autrui et in fine, d’en apprendre plus sur vous. 
  • Vous demandez WHAT plutôt que WHY face à une difficulté. Par exemple, face à un objectif que vous n’arrivez pas à atteindre, ne vous demandez pas « Pourquoi je n’y arrive pas » mais plutôt « Qu’est-ce que j’essaye de faire ? Qu’est-ce qui fonctionne ? Qu’est-ce qui me ralenti ? Que puis-je faire pour que cela change ? ». Si, vous avez une forte charge de travail, demandez-vous « Quelles sont les tâches qui me prennent autant d’énergie psychique ? Quel est leur point commun? »
  • Evaluez-vous. Non pas avec des tests pseudo psychologique sur les internets, mais avec de vrais outils psychométriques valides et fiables évaluant vos compétences cognitives et émotionnelles, votre personnalité, vos motivations. 

LES SITUATIONS DU QUOTIDIEN OU LA CONNAISSANCE DE SOI EST UN ATOUT

Situation n° 1 : Se positionner au sein d’un projet 

Avoir conscience de vos faiblesses permet d’anticiper vos manquements pour atteindre la bonne réalisation d’un projet. Cela permet aussi de mobiliser en amont les ressources dont vous aurez besoin et de ne pas être pris au dépourvu, de ne pas vous laisser déborder par le stress. 

Connaître vos forces et savoir les valoriser, vous permet de vous mettre en avant sur des tâches où vous savez que vous allez réussir ou vous épanouir. 

De plus, l’entreprise en bénéficie tout autant. Elle sait quoi vous offrir, ne perd pas de temps et ne vous fait pas perdre de temps. Vous êtes là où vous vous épanouissez, là où vous êtes bons, là où vous avez envie d’être stimulé. 

Situation n°2 : Manager une équipe

Connaître la façon dont les autres vous perçoivent vous permet d’ajuster votre comportement. Grâce à cela, vous (et notamment les leaders) êtes plus efficaces, construisez des relations solides, honnêtes et savez communiquer efficacement. 

Situation n°3 : Choisir une formation

La formation que vous souhaitez faire, répond-t-elle à une réelle motivation interne, à un challenge personnel ? Où répond-t-elle à une exigence externe, parce que qu’elle en jette sur le CV, où parce qu’elle est nécessaire dans le milieu dans lequel j’évolue ? Cela vous permettra de ne pas vous mettre en situation d’échec en vous lançant dans une formation où vous perdrez en motivation en milieu d’année.

Situation n°4 : Choisir un nouveau travail 

Les personnes ayant connaissance de leurs limites, de leurs attentes, de ce qui les stimulerait, savent se créer et choisir un environnement professionnel et personnel qui les satisfassent, qui leur donnent confiance en eux, qui réveillent leur créativité. Cet environnement favorise le bien-être, et réduit le stress, l’anxiété et la dépression. 

In fine, la connaissance de soi améliore donc l’estime que l’on a de nous-même car savoir qui nous sommes, quelles sont nos forces et comment les utiliser, favorise l’empowerment. C’est une compétence que vous n’avez jamais fini de développer. Elle est à mettre en pratique tout au long de sa vie car nous évoluons en permanence, grâce à nos interactions avec l’environnement, aux évènements que nous vivons. 

Auteur : Anaïs Roux

SOURCES

What Self-Awareness Really Is (and How to Cultivate It) 

Managerial self-awareness in high-performing individuals in organizations. 

Attitudinal Congruence and Similarity as Related to Interpersonal Evaluations in Manager-Subordinate Dyads 

Self-Regulated Learning: The Interactive Influence of Metacognitive Awareness and Goal-Setting